Mon premier ultra : La Transvulcania

Le 13 mai 2017, j’ai participé à mon premier ultratrail : La Transvulcania.

La première course où j’ai fini en pleurs… Des larmes de joie !

La Transvulcania est un trail de 74.33 km et 4350 m de dénivelé positif et 4057 de dénivelé négatif. Elle est considérée comme l’un des ultra marathons de montagne les plus difficiles du monde ! Le rendez-vous des plus grands champions du monde de trail.

Je vais essayer de retranscrire au mieux ici, l’une des plus belles courses de ma vie mais avant regarder cette petite vidéo pour mettre des images sur les mots !

vendredi 12 mai : la veille de la course


Après une demi-heure d’avion depuis Tenerife, on atterrit sur la Palma (à ne pas confondre avec Las Palmas… ) vers midi.

La Palma est l’une des 7 îles des Canaries, on l’appelle aussi la « Isla Bonita ». Je peux vous dire qu’elle porte plus que bien son surnom !

Avec Clément (mon copain), on loue une voiture à l’aéroport et on file aux retraits des dossards à Llanos de Aridane. Là-bas, 4 copains du Pays basque nous attendent !

Sur la route, je commence à douter… Les montagnes sont si hautes par rapport au niveau de l’Océan ! Je ne m’y attendais pas… Je me demande si je ne me suis pas sur-estimée.

Arrivés à Llanos de Aridane, on part chercher le sac des coureurs ! On voit la ligne d’arrivée, celle que je suis sensée franchir le lendemain… La ville grouille de traileurs, je commence à être sur-excitée. Il est temps de retrouver les copains basques : Imanol, Alice, Mumu et Guillaume et de partager toutes ces émotions ! ça tombe bien, je les vois au loin, assis à une table en train de boire un verre ! ça fait tellement bizarre de les retrouver ici !

Je pars récupérer mon dossard et j’achète un tatouage éphémère qui me permet de visualiser le parcours de la course sur mon bras (4€ le tatouage).

retrait_dossards_transvulcania
Retrait des dossards à Llanos de Aridane

On prend ensuite la route vers Los Quemados, pour s’installer dans notre hébergement. Il est 16h30, on n’a toujours pas fait les courses pour le repas du soir, le petit-déjeuner, et on doit encore préparer toutes les affaires pour l’ultra…. C’est un peu la course avant la course !

Du riz au thon fera l’affaire pour le soir et je m’achète mon petit-déjeuner préféré d’avant course : DU PAIN ET DU NUTELLA !

18h30… Je prépare tout mon équipement pour l’ultra :

  • Mon camelbag Salomon avec à l’intérieur 2 flasques molles et la poche à eau (il va faire chaud), 3 barres cliff et une barre salée de chez powerbar, des pansements pour les ampoules, la couverture de survie, une batterie externe pour le portable, une veste de pluie, de la sporténine, des piles.
  • Mes bâtons Leki, loués 15€ chez Endurance Shop à Anglet
  • Ma visière
  • Un sac pour Clément qui va me retrouver sur quelques ravitos avec : la crème solaire, 5 barres Cliff, de la crème Nok pour les pieds, la pommade Musclaform de chez Formaderm et une bande que m’a prescrite ma kiné en cas de contractures.

Il ne me reste plus qu’à mettre des piles neuves dans ma frontale et on est bons ! J’ouvre le boitier pour mettre les piles et là … Je deviens pâle ! J’ai que des petites piles alors qu’il en faut des grandes ! Quelle galère ! Nous voilà repartis à l’épicerie la plus proche (15 minutes de voiture) pour espérer trouver des piles ! Bingo !! Je peux respirer, il y en a… Elles coûtent 2€, je ne sais pas ce que ça vaut…

Le soir, repas avec Alice & Imanol pour préparer notre course et nos heures de passages sur les ravitos… Imanol qui court avec moi prépare ses affaires et me demande si j’ai bien accroché la petite lumière rouge sur mon camelbag…EUH… C’EST QUOI CETTE HISTOIRE DE LUMIÈRE ROUGE ? Il me précise que ça fait partie du matériel obligatoire et que je risque d’être disqualifiée si ne n’en ai pas ! … Il est 20h, je suis à l’autre bout de l’île… C’est le stress ! Un copain du club m’envoie un message et me suggère de mettre une lampe frontale dans mon dos. Pas bête ! Merci !!! Allez on va tenter ça !

Morale de l’histoire : VÉRIFIEZ BIEN TOUT VOTRE MATÉRIEL AVANT DE PARTIR ! Pour ma part sur la prépa je suis encore une bonne débutante !!!

Il faut bien un petit bonus « looser » : dame nature vient en plus m’embêter avec les petits problèmes de filles !

23h, extinction des feux… La nuit va être courte !

parcours transvulcania

Samedi 13 mai : le jour de la course


4h : Le réveil sonne… Je saute de mon lit, j’ai seulement 35 minutes pour me préparer et petit-déjeuner, c’est très juste !

4h45 : on est complétement à la bourre… On court partout dans l’appartement, je me demande pourquoi j’ai mis le réveil si tard, je suis en stress.. Clément m’aide comme il peut !

4h50 : on claque la porte de l’appartement, pas le temps de vérifier si j’ai rien oublié, on retrouve Imanol et Alice.

5h05 : on s’approche du Faro de Fuencaliente en voiture.. Il y a du monde partout ! Cette course est déjà folle !

Alice et Clément nous déposent. On rejoint la ligne de départ à pied. On passe au contrôle de matériels et on se place vers les 3/4 du peloton ! Vu comment sont affutés les coureurs devant, on sent qu’on n’est pas à notre place !

depart_transvulcania
5h30 du matin, en place pour le départ de l’ultra !

5h55 :  le speaker commence à mettre le feu avec Shape of You de Ed Sheeran !

6h : Gooooo ! Les chevaux sont lancés sur un air de rock métal ! On n’a pas encore passé la ligne de départ qu’on voit déjà les premiers courir à fond au loin ! Ils ont une foulée aérienne, alors que nous on est déjà coincés dans les bouchons !

Cette première montée est assez étrange, on monte sur des pentes sableuses et des rochers glissants, au milieu d’une foule en délire ! Certains coureurs tombent. On décide de monter à pic avec Imanol pour essayer de gagner un peu de temps, car on est au pas ! On aperçoit Alice et Clément sur les côtés en train de crier nos prénoms comme des fous, on est surpris de les voir ici, on pensait qu’ils avaient déjà filés au ravitaillement del Pilar (24e km) !

On monte pendant une heure sur ce terrain sablonneux, on y voit très bien car c’est la pleine lune, on a à peine besoin de la frontale.

7h15 : La magie du lever de soleil sur les volcans de Teneguia ! Les couleurs roses du ciel viennent se réfléchir sur les pierres noires. C’est beau !

7h28 : Arrivée à Los Canarios, le premier ravito ! Il y a du monde partout, c’est la folie !!! Des enfants sont tout juste sortis de leur lits et sont encore enveloppés dans leurs plaids, ils nous encouragent. Les femmes et les hommes nous hurlent dessus « Animo Campeona! » , « Animo, Animo » …

J’AI LES FRISSONS, J’AI L’IMPRESSION D’ÊTRE UNE CHAMPIONNE DE TRAIL POUR ÊTRE ACCLAMÉE DE LA SORTE !

On est reboostés à bloc pour continuer !

Le soleil s’est bien levé et il commence à faire chaud ! Les paysages sont sublimes. Ces pins plantés dans ce décor noir, ce ciel bleu, ces nuages… Je suis trop heureuse d’être là !

transvulcania

Les premiers du semi-marathon qui démarraient à 7h30 commencent à nous passer devant ! Celui qui est en tête de course va tellement vite qu’il distance d’au moins 10 minutes le second ! On apprend plus tard, que c’est le français Rémi Bonnet de la team Salomon !

Plus que 4 kilomètres avant le ravito du 24ème km : El Pilar et sa barrière horaire de 5h ! Alors qu’Imanol disait qu’on était larges sur les temps de passages, il me dit qu’il faut qu’on s’active !

10h37 : Petit coup de pression, on arrive au ravito en 4h37. Alice et Clément nous retrouvent, ils ont eu la chance de voir l’arrivée des premiers de l’ultra et du semi, et le départ du marathon !

Entre le km 24 et 27, la météo est complétement changeante. On se retrouve en plein dans les nuages accrochés à la montagne. Il fait frais, Imanol a même froid ! Moi, je trouve ça plutôt agréable… le sentier est monotone, on trouve le temps long. Vivement la montée !

Après le ravito du 27e km, on entame la montée et on passe au dessus des nuages !

MON DIEU QU’IL FAIT CHAUD !

Imanol commence à être un peu dans le dur et me dit qu’il va mettre ses écouteurs ! Ambiance discothèque sur les sommets, il a le son à fond, c’est trop drôle ! Je suis à un rythme très tranquille je me sens bien ! Je vois qu’Imanol suis bien malgré l’apparition de quelques crampes.

paysage_transvulcania

13h30 : Coup de chaud ! Je commence à avoir la tête qui tourne et à me sentir moyen ! J’ai pourtant bu un litre toute les heures, et mangé un peu plus d’une barre Cliff. Mais il n’y a pas eu de ravito depuis 8km et j’ai encore 3km à faire ! Par peur de faire une hypoglycémie, je m’enfile une barre cliff en 30 secondes chrono ! Imanol est tout frais et passe devant moi ! Je le suis en courant, en me disant qu’il faut quand même que je fasse un peu plus attention à mon alimentation !

13h52 : km 42, on retrouve Alice & Clément au Pico de la Nieve ! A ce ravitaillement l’ambiance est différente… Beaucoup de personnes assises, on commence à voir que certains coureurs sont épuisés. Et surtout on a faim !!! Sandwich jambons beurres, bananes, amandes, oranges.. On fait le plein ! J’ai vraiment pas l’impression qu’on a déjà fait l’équivalent d’un marathon avec plus de 2800 m de dénivelé positif.

42km_transvulcania
Petite pose, au 42ème km de la Transvulcania

On quitte Alice et Clément qui nous stressent un peu avec la barrière horaire du 52ème km et nous disent de bien garder ce rythme !

14h : On commence à rattraper les derniers du Marathon..  Ils vont vraiment pas vite et ne se laissent pas facilement doubler… On est vraiment ralentis. On fait que doubler, on pense aux petites voix d’Alice et Clément qui nous disent de garder notre rythme.. Là, c’est vraiment compliqué ! « Paso »  » Izquierda » « Derecha » « Paso » « Paso » .. voilà les mots que j’ai du prononcer en boucle pendant 10km !

roquedelosmuchachos_transvulcania

16h17 : On arrive au ravito de Roque de Los Muchachos avec plus de 40 minutes d’avance sur la barrière horaire. BINGO ! 

Imanol me dit qu’il veut s’arrêter au moins 15-20 minutes au ravito car ensuite c’est la terrible descente, et il faut que les jambes soient reposées. Pour ma part j’y reste 10 minutes et je file, car j’ai doublé tellement de personnes que je n’ai pas envie de me retrouver encore dans les bouchons. Je suis super fraîche, la montée ne m’a pas du tout fatiguée.

C’est parti pour la partie la plus redoutée de cet ultra-marathon !

17 KM DE DESCENTE AVEC 2420 M DE DÉNIVELÉ NÉGATIF ! 

19h : ça fait plus de deux heures que je descends et je commence à avoir mal aux genoux. J’avais encore jamais fait une descente aussi technique et longue. L’océan est encore si bas… Plus on descend, plus le temps est lourd. Il fait si chaud !

 

19h26 : Arrivée au port de Tazacorte, il y a un monde fou car c’est l’arrivée du Marathon. Je me dis que je m’arrêterais bien là moi aussi… Car avec la descente, mes jambes n’ont plus très envie d’avancer. C’est un peu sadique car on nous fait passer par la ligne d’arrivée du Marathon alors qu’il nous reste encore 5 Km et 342 m de dénivelé positif. Je commence à avoir envie d’arriver, alors je reste le moins de temps possible au dernier ravito.

On passe au milieu d’un canyon de galets. Il est difficile de courir. En plus ça monte. Je me donne un rythme de marche très rapide.

19h20 : Ligne droite de 1,5 km avant l’arrivée. Les traileurs marchent. J’ai envie de marcher aussi, mais non… Trop pressée d’arriver ! Je cours. J’aperçois Mumu et Guillaume, les copains du club puis Alice et Clément ! Génial ils sont arrivés à temps ! Le fait de voir tous ce public sur les côtés m’encourager me donnent un peu le tournis, je fonce droit vers la ligne d’arrivée. Clément court à côté de moi !

20h25 : La ligne d’arrivée ! Tous ces gens ! J’y suis… Je souris béatement ! J’imagine pas que mon visage est autant souillé par la poussière !

arrivee_transvulcania

Je suis arrivée 2h30 avant la barrière horaire, j’essaye de trouver Clément dans la foule, puis les larmes me viennent toute seules !

JE L’AI FAIT !!!!! JE SUIS TROP FIÈRE DE MOI ! 

14h25, 1191e sur 1607 finishers au général, 90e sur 169 femmes

Je retrouve Clément qui me prend dans ses bras (malgré mes odeurs et mon corps rempli de crasse), il me voit pleurer, il est également ému. Cette course est folle !

Je vais chercher mon tee-shirt de finisher les yeux remplis de larmes, puis je me dépêche d’aller encourager Imanol sur le dernier kilomètre !

Ça m’a fait tellement du bien de voir les copains que je veux aussi l’encourager. Il arrive en 14h51. C’est super.

finisher_transvulcania

Envie d’y repartir ? Oui, je l’ai dit dès que j’ai franchi la ligne d’arrivée !

La douleur et la fatigue ne m’ont absolument pas dégoutées de la course ou des ultras ! J’ai envie de courir en montagne encore et encore !!!

Je recommande cette course à tous les traileurs bien entraînés !

Une ambiance de dingue, des paysages grandioses !

TRANSVULCANIA, JE REVIENDRAI !!!!

 

Plus de photos sur mon compte instagram @Oror64

16 commentaires Ajouter un commentaire

  1. christophe garat dit :

    Bravo a toi Aurore ainsi qu’a Imanol Recit tres sympas de votre course

    Aimé par 1 personne

    1. Oror64 dit :

      Merci beaucoup Christophe ! Ça fait plaisir !

      J'aime

  2. Molly laPuce dit :

    Tu m’as collé des frissons. C’est impressionnant! Bravo à vous deux!
    Dans ces cas là tu marches ou tu ne fais que courir à des allures différentes selon le dénivelé et le terrain?

    Aimé par 1 personne

    1. Oror64 dit :

      Merci beaucoup !!! Ça fait vraiment plaisir de transmettre les émotions ! Sur un 74km, à mon niveau tu marches dans toutes les montées et tu cours sur le plat et en descente..

      Aimé par 1 personne

      1. Molly laPuce dit :

        Y a des traileurs de plus haut niveau qui courent tout du long?

        Aimé par 1 personne

    2. Oror64 dit :

      Oui ils ne courent pas partout et sur beaucoup plus de portions que moi.

      Aimé par 1 personne

  3. Monteil dit :

    Bravo à toi. C’est super de vivre ses rêves! Et tu racontes si bien qu’on a « presque » l’impression d’y être nous aussi. Allez, l’an prochain, on s’entraîne et on vient tous…..euh!

    Aimé par 1 personne

    1. Oror64 dit :

      Merci beaucoup !! Ça me fait plaisir de voir que j’arrive un peu à vous transmettre la magie d’une telle expérience ! Je vous attends l’année prochaine alors !!

      J'aime

  4. Marc dit :

    Bravo et continue ta vie dans la même voie. Marc

    J'aime

    1. Oror64 dit :

      Merci Marc 🙂

      J'aime

  5. Anthony Villegente dit :

    Ouah! Magnifique récit et course splendide ça donne vraiment envie…merci de partager ces moment

    Aimé par 1 personne

    1. Oror64 dit :

      Merci beaucoup Anthony.. C’est justement cette notion de partage que j’essaye de créer via ce tout nouveau blog 🙂 !

      Aimé par 1 personne

  6. Féraud-Lecointre dit :

    Bravo Aurore! Quelle détermination…Tu as su repousser tes propres limites jusqu’au seuil de l’impossible, ce qui est loin d’être inutile dans la vie quotidienne !
    Magnifiques images et récit très réaliste !
    Marie-Noëlle

    J'aime

  7. elise w dit :

    Salut ! Déjà un grand bravo pour ta performance ! J’accompagne mon chéri sur cette course cette année et j’ai quelques questions concernant l’organisation (pas très clair sur le site), est-ce que tu pourrais me renseigner ?

    J'aime

    1. Oror64 dit :

      Salut Elise, cool pour ton copain, il va se régaler ! Quelles sont tes questions exactement?

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s